Synthèse Aidants Familiaux SEV 2015

Des aidants partis avec le programme Seniors en Vacances :

reposés, remobilisés, plus à l'écoute de leur proche et prêts à modifier leur vie au quotidien

Dès le déploiement de son programme Seniors en Vacances, l’ANCV a pleinement intégré la problématique de la dépendance des personnes âgées et l’importance de permettre aux aidants de s’accorder, avec leur proche aidé, des moments de répit. Depuis 2009, près de      11 000 aidants sont partis grâce à ce programme.

L’étude[1] confiée par l’ANCV, en 2015, à l’institut OpinionWay est destinée à faire un focus sur les aidants familiaux partis avec le programme Seniors en Vacances (SEV) dans le cadre d’un voyage en groupe constitué ou en individuel (regroupé ensuite sur le lieu de vacances).

Cette étude permet de mieux cerner le profil de ces aidants familiaux, leurs attentes et leurs critères en matière de vacances, leur satisfaction à l’issue du séjour SEV et les effets de ce dernier sur eux-mêmes et leur proche accompagné.

L’ensemble des résultats de cette étude illustre toute la dynamique positive qu'un séjour de vacances peut générer sur les aidants familiaux. Elle conforte ainsi l’ANCV dans ses choix de prévenir les situations d’épuisement à travers le programme Seniors en Vacances en proposant des séjours adaptés, sécurisés et de qualité.

SOMMAIRE

  1. Des aidants très majoritairement conjoints
  2. En vacances, les aidants souhaitent du repos, de la sécurité et des moments de partage
  3. Un programme Seniors en Vacances qui répond aux attentes des aidants
  4. Des aidants très enthousiastes à l’issue de leur séjour
  5. L'effet répit du séjour fonctionne bien
  6. De forts impacts psychologiques et physiques sur l’aidant : un contrat "vacances" rempli !
  7. ANNEXE 1 : Qui sont les aidés qui partent avec leur aidant dans le cadre du programme Seniors en Vacances ?
  8. ANNEXE 2 : Le programme Seniors en Vacances (SEV)

 

1- Des aidants très majoritairement conjoints

Les aidants sont le plus souvent des conjoints (69%). C’est la raison pour laquelle en très grande majorité :

  • ils sont à la retraite (89%)
  • ils ne sont que 3 ans plus jeunes que les aidés : 69 ans (72 ans pour le proche accompagné).

Outre les conjoints, les aidants se répartissent de façon équilibrée entre les amis et d’autres membres de la famille (pour moitié leurs enfants).

Les aidants ont plutôt un profil féminin : 64% sont des femmes.

Près des ¾ des aidants non conjoints ne vivent pas avec leur proche aidé. Pour autant, la moitié d’entre eux s’en occupe de manière régulière (au moins une fois par semaine) et même tous les jours pour 13% d’entre eux.

Globalement on constate que les aidants peinent à évaluer le temps consacré à s'occuper de leur proche. 52% des personnes interrogées n’ont pas répondu à la question de la distinction entre le temps spécifiquement dédié aux tâches d'aidant et le temps passé ensemble sans notion d'aide.

80% des aidants s’occupent de leur proche aidé depuis au moins 3 ans et minimum 6 ans pour plus de la moitié d'entre eux (55 %). Pour un sur sept, la situation d’aidant dure depuis plus de 20 ans.

¼ des aidants aimerait se faire aider. Ce sont en particulier les aidants s'occupant de leur parent (4 sur 10).

Les ¾ des aidants n’imaginent pas partir en vacances sans leur proche aidé. Ce sont plutôt des aidants de type « fusionnel » (conjoint, aidant depuis longtemps…). Dans le quart restant, celui des aidants plus « light », plus de la moitié (56%) sont des aidants enfants.

En cohérence, 79% des aidants interrogés partent toujours en vacances avec leur proche aidé.

2- En vacances, les aidants souhaitent du repos, de la sécurité et des moments de partage

Les aidants sont particulièrement en attente de repos : 19% ont cité comme principale motivation au départ en vacances l’item « se reposer » contre seulement 4% de l’ensemble des partants avec le programme SEV.

Les aidants ont incontestablement besoin d’être rassurés (79% citent « partir avec mon proche en toute sécurité ») tout en voulant permettre à leur proche de bénéficier, comme tout le monde, du pouvoir d’évasion des vacances (75% déclarent vouloir sortir leur proche de son cadre habituel).

La situation d'aidant étant souvent un facteur majeur d'isolement social, une autre attente est le partage : le partage d’activités avec leur proche (43%) et le partage de leur expérience d’aidants avec d’autres (24%).

3- Un programme Seniors en Vacances qui répond aux attentes des aidants : un séjour clé en main, adapté, organisé à l’initiative de l’ANCV, un établissement sérieux et reconnu

Les aidants valorisent de façon importante le fait de ne pas devoir organiser leurs vacances et le gain de temps important associé (86%).

Le fait de trouver sur le lieu de vacances un hébergement adapté aux personnes âgées (61%) et des activités et des animations pensées spécifiquement pour elles (62%) a largement contribué au choix du séjour SEV.

Les aidants sont beaucoup plus nombreux à mettre en avant le sérieux et la réputation de l’ANCV que les partants (83% vs 65% de l’ensemble des partants). Ce critère rassure et constitue une garantie supplémentaire sur la qualité des prestations.

Sans le dispositif SEV, certains aidants ne pourraient pas partir en vacances du tout que ce soit pour des raisons financières et/ou par manque d'informations ne connaissant aucun autre moyen de partir avec leur proche de façon sécurisée (pour 75% d’entre eux SEV est le seul dispositif connu).

=> C'est en particulier le cas des aidants enfants de l'aidé. Pour certains qui aimeraient se faire aider mais qui ne peuvent pas au quotidien, ce séjour SEV fait office de soupape de sécurité. Le plus souvent, ce séjour est à l'initiative de leur entourage familial/amical.  

D’ailleurs, depuis qu’ils sont aidants, 1/3 des aidants interrogés ne sont partis en vacances qu'avec le programme SEV.

4- Des aidants très enthousiastes à l’issue de leur séjour

Les aidants affichent une satisfaction globale de 94%.

Le bilan de satisfaction est très positif et s’accompagne de scores exceptionnels de « tout à fait satisfaits » sur l’hébergement, les repas, les relations avec le professionnel du tourisme.

Cela permet un haut niveau de fidélité et de recommandation. Une fidélité qui s’ancre dans le temps avec des multi-partants avec SEV qui envisagent encore plus que les autres de repartir en vacances avec SEV.

53% des aidants (vs 42% des partants) sont à la fois :

  • « tout à fait satisfaits » de leur séjour
  • disposés à repartir avec le programme SEV (« oui certainement »)
  • des prescripteurs du programme SEV (recommanderaient « tout à fait »)
  • « comblés » par leur séjour qui a répondu « complètement » à leurs attentes

5- L'effet répit du séjour fonctionne bien

Ce "répit" offert aux aidants est très valorisé. On constate que les impacts du séjour sont plus marqués auprès des aidants qu’auprès des partants.

La quête de repos des aidants pendant les vacances est parfaitement comblée. Ils affirment s’être reposés physiquement (85% vs 68% de l’ensemble des partants) et moralement (89%).

Les aidants affirment également avoir davantage pris soin d’eux (68% vs 58% de l’ensemble des partants).

6- De forts impacts psychologiques et physiques sur l’aidant : un contrat "vacances" rempli !

Incontestablement, le séjour a motivé les aidants pour repartir en vacances : c’est une quasi-unanimité (94%).

Le séjour a eu également un effet sur l’aspect relationnel, l’ouverture aux autres (71% affirment qu’ils ont « davantage envie de sortir, de faire de nouvelles rencontres »).

79% disent qu’ils se sentent en meilleure forme physique (à relier au repos pendant le séjour).

Un séjour qui rapproche l’aidant et son proche aidé et qui permet d’améliorer la relation. A l’issue du séjour, 66% des aidants déclarent mieux comprendre ce que vit leur proche et 57% déclarent être plus à son écoute.

Un séjour qui peut même avoir un impact à long terme en modifiant la perception de l’aidant sur sa propre situation d’aidant.

  • A la suite de ce séjour, un tiers des aidants pense faire évoluer la prise en charge de leur proche.
  • Un quart ont pris conscience, lors de ce séjour, qu'il fallait qu'ils prennent également soin d'eux-mêmes, par exemple en partageant leur expérience d'aidant... mais, un peu plus de la moitié d’entre eux seulement est passée à l’acte. Les autres ont été freinés par un déficit d’informations en la matière.

Au final, la très grande majorité des aidants (77%) considère le séjour comme aussi bénéfique pour eux-mêmes que pour leur proche aidé.

Les aidés sont très majoritairement en situation de handicap (86%). Pour 16% d’entre eux, c’est un handicap datant de moins de 5 ans vs 19% de plus de 20 ans. Il s’agit en majorité d’un handicap moteur (62%).

Seuls 23% bénéficient d’une aide financière spécifique relative à cet handicap ce qui peut laisser penser que cette situation de handicap est très liée à la vieillesse.

Près de la moitié des aidés sont en situation de dépendance. Une dépendance plus récente que pour la situation de handicap. Pour 27% d’entre eux, c’est une dépendance datant de moins 5 ans vs 10% de plus de 20 ans.

54 % d’entre eux bénéficient d'une aide financière pour cette dépendance, essentiellement l'APA.

Moins d’un aidé sur 10 fréquente un accueil de jour.

46% des aidés bénéficient d'un service d'aide à domicile (soit 2,5 fois plus que l'ensemble des partants). Et parmi eux, 40% bénéficient d’une aide au quotidien (soins, repas) vs 9% de l’ensemble des partants en disposant.

Chez "l’aidé", selon le regard de l’aidant, le séjour Seniors en Vacances a suscité une envie de repartir en vacances (83%) et de s’ouvrir aux autres (64%). Une dynamique positive qui amène même la moitié des aidants à penser que leur proche a retrouvé du plaisir dans le quotidien.

Depuis 2007, l’ANCV offre aux personnes âgées de 60 ans ou plus l’opportunité d’effectuer des séjours à tarif unique en groupe. Seniors en Vacances s’appuie sur un choix de 161 destinations en France, à la mer, la campagne ou la montagne, et contribue à rompre l’isolement des seniors. En 2016, ils ont été plus de 70 000 seniors à partir grâce à ce programme.

Au-delà des séjours de vacances qu’il propose à tarif préférentiel, ce programme permet aux aidants familiaux qui accompagnent une personne en perte d’autonomie ou en situation de dépendance de bénéficier de plein droit d’une aide au départ en vacances qui représente 50 % du coût du séjour. Pour en savoir plus sur le programme Seniors en Vacances.

L’ANCV favorise également le départ des aidants dans le cadre d’autres programmes qu’elle déploie, notamment les Aides aux Projets Vacances (APV) qui visent à faciliter l’accès aux vacances des personnes en situation de handicap et leur famille.

 


[1]Cible : Aidants non professionnels : les seniors partis en 2014 et/ou 2013 avec le programme Seniors en Vacances et ayant bénéficié d'une aide financière de l'ANCV en tant qu'aidant c’est à dire séjournant avec une personne dont la situation de dépendance et/ou de handicap est avérée. Ont été exclus les aidants professionnels (salariés d’EHPAD/CCAS, aides à domicile, …) ou les accompagnants de groupes bénévoles sans lien direct avec une personne ayant besoin d'un accompagnement personnalisé. Ont été également exclus les seniors partis en groupe avec France Alzheimer, l'association ayant déjà son propre dispositif d'évaluation des séjours

Taille et structure de l’échantillon : 1 980 questionnaires ont été adressés par voie postale en mai-juin 2015 (représentant 2 639 séjours). 581 questionnaires ont été reçus soit un taux de réponses de 29 %

Revenir en haut de la page